Le bureau des impôts peut saisir le domaine Internet des contribuables

De nombreux propriétaires de domaines pensent que leur domaine Internet est protégé contre l'accès par des tiers. Toutefois, la saisie de domaine est autorisée dans de nombreuses situations. Ce point de vue a été approuvé par le tribunal des finances de Münster le 16.09.2015. Les bureaux des impôts peuvent saisir les arriérés d'impôts en saisissant les créances du contrat de domaine. En l'espèce, une société coopérative chargée de l'enregistrement des domaines Internet avait intenté une action en justice contre un bureau des impôts qui voulait saisir les créances d'un client. L'arrêt indique une fois de plus clairement qu'Internet n'est pas un espace de non-droit et que les revendications "virtuelles" peuvent être saisies en termes réels - aussi absurde que cela puisse paraître à première vue.

Possibilité de saisie du domaine par le bureau des impôts

Les contribuables délinquants devraient se dépêcher de régler leurs arriérés d'impôts : Selon un arrêt du tribunal fiscal de Münster du 16.09.2015 (7K 781/14 AO), les bureaux des impôts sont autorisés à saisir les créances résultant d'un contrat de domaine. Bien que cette possibilité n'ait été que rarement utilisée dans le passé, il faut s'attendre à une application progressive en pratique après la publication du jugement - il est certain que la possibilité existe et qu'elle est juridiquement exécutoire. Dans le cas concret, une coopérative, qui est responsable de l'administration des domaines Internet en tant que registre, a intenté un procès. La coopérative avait une Contrat sur l'enregistrement d'un domaine internet. Le partenaire contractuel était une boutique en ligne d'électronique grand public. Le contenu du contrat stipulait que le domaine internet serait fourni et maintenu par la coopérative. Comme la société avait des arriérés d'impôts, le bureau des impôts compétent a décidé de saisir les créances découlant du contrat, c'est-à-dire la demande de la société de maintenir l'enregistrement du domaine pour la boutique en ligne. La coopérative a intenté un procès contre cette action et a tenté de faire lever la saisie-arrêt.

L'arrêt sur la saisie de domaine

Le septième sénat de la Cour des finances de Münster a examiné les faits de l'affaire et a décidé de rejeter l'action de la coopérative. Une saisie de domaine est donc fondamentalement admissible, puisque le contrat de domaine ou les droits qui en découlent sont considérés comme des droits de propriété saisissables. Cette procédure est conforme aux règles de saisie prévues par le droit fiscal. Dans le cas d'une saisie de domaine, divers droits, obligations et circonstances doivent être pris en compte. Dans le cas d'une saisie-arrêt de domaine, le domaine Internet lui-même n'est pas saisi car il ne s'agit que d'une adresse Internet technique. Seules les créances en vertu du droit des obligations que le titulaire du domaine a envers son registre sont saisissables. Ces demandes proviennent du contrat d'enregistrement. Les bureaux des impôts peuvent procéder à une saisie de domaine, car celle-ci doit être traitée comme une saisie classique. Dans le cas d'une saisie, toutes les créances sur les actifs peuvent généralement être réclamées. Peu importe qu'il s'agisse de créances, d'argent ou de biens matériels. La teneur de l'arrêt indique que les coopératives et les registres de domaines peuvent certainement être considérés comme des débiteurs s'ils sont obligés de fournir des services à l'"évadateur fiscal" en vertu d'un contrat. Dans ce contexte, il n'était pas important de savoir s'il y avait un grand nombre de ces saisies et, par conséquent, une charge de travail et administrative accrue pour la coopérative.

Perspectives d'avenir

L'arrêt de la Cour fiscale de Münster sur la saisie des domaines a laissé un paysage hostile intéressant. En raison de l'importance générale de la question juridique, le sénat a autorisé un recours devant la Cour fiscale fédérale. Les hébergeurs de sites web suivront avec intérêt les nouveaux arrêts et appels. Pas étonnant : après tout, les hébergeurs devront tenir compte de certains inconvénients dus à la portée de l'arrêt. D'une part, les clients ne se sentiront plus complètement en sécurité. D'autre part, l'administration et la charge de travail augmenteront considérablement avec un grand nombre de ces cas. Le résultat Coûts ne sont pas remboursés ou ne le sont que dans certaines circonstances, ce qui entraîne des conséquences négatives pour l'hébergeur - qui n'est en fait pas impliqué -. Bien que l'arrêt de la Cour fiscale de Münster ait une certaine importance, il peut encore être décidé tout autrement au plus haut niveau. Il n'est pas rare que les appels aboutissent, de sorte que des points de vue complètement différents peuvent surgir après la poursuite de la procédure. Les hébergeurs internationaux n'ont pas à s'inquiéter de cette décision. Les services fiscaux allemands ne sont pas habilités à saisir les domaines de premier niveau tels que .com ou .net si le registre est situé en dehors de l'Europe. Les saisies ne sont autorisées que si le registre est situé en Allemagne ou dans l'UE.

Comment fonctionne une saisie de domaine ?

La Cour fédérale de justice (numéro de dossier VIIZB 5/05) est d'avis que les créances découlant de la propriété d'un domaine peuvent être saisies en vertu de l'article 857 I ZPO. Les créances rattachées sont les suivantes :

- Droit à l'enregistrement du domaine dans le serveur de noms primaire et dans le registre du DENIC
- Droit au maintien permanent de l'enregistrement dans le serveur de noms primaire
- Droit aux ajustements pour les dépôts personnels Données
- Droit de modifier le numéro IP et l'affectation associée à un autre ordinateur

En général, toutes les demandes d'enregistrement et d'utilisation d'un nom de domaine peuvent être saisies. Dans le cas des domaines se terminant par ".de", le registre DENIC doit être considéré comme le débiteur, c'est-à-dire qu'il doit restituer les créances saisies. La saisie est déjà effective une fois que l'ordonnance de saisie a été signifiée au DENIC. Dans certaines circonstances, une saisie n'est pas autorisée. Selon l'article 811 n° 5 de la ZPO, les saisies sont interdites si l'ensemble de l'activité lucrative du titulaire du domaine est lié au nom de domaine. Dès que l'hébergeur refuse de coopérer à la saisie de ses clients, le bureau des impôts peut demander des dommages et intérêts à l'hébergeur. Par exemple, une condamnation a été prononcée le 09.05.2011 (numéro de dossier 2-01S309/10). Le tribunal régional de Francfort a condamné le DENIC à payer des dommages et intérêts parce qu'il a empêché une exécution forcée et parce qu'il a violé les obligations des tiers débiteurs. Dès qu'un hébergeur a reçu une ordonnance de saisie, il doit agir en conséquence. Ce faisant, il lui est interdit de fournir d'autres services à ses clients. Toutes les créances sont transférées au bureau des impôts, de sorte que le client initial n'a plus aucune créance.

Immunité de saisie des domaines de noms

De nombreux domaines ont des noms imaginatifs ou des noms liés à des produits et des activités. La plupart d'entre eux peuvent être saisis. Toutefois, la saisie n'est pas autorisée si le domaine reflète un nom de société ou de famille. Il peut en être de même, dans certaines circonstances, pour les noms de domaine qui contiennent un nom d'artiste ou un surnom. Une saisie-arrêt inadmissible existe si le nom du domaine et le nom de famille du débiteur sont identiques. En outre, le nom doit être unique. Dans le passé, le tribunal régional de Munich a dû statuer sur une affaire dans laquelle le nom de famille du débiteur n'existait que 72 fois dans toute l'Allemagne. En raison de la décision de la Cour fédérale de justice (arrêt Shell.de), le nom ne doit pas être considéré comme unique. La question de savoir si une saisie-arrêt est autorisée doit toujours être décidée au cas par cas. Les décisions précédentes permettent de faire une bonne estimation ou un bon pronostic quant à savoir si le nom de domaine est attachable ou non.

Pourquoi la saisie des domaines est-elle devenue populaire ?

La saisie des domaines est devenue de plus en plus populaire ces dernières années. Pas étonnant : entre-temps, les bureaux des impôts et les tribunaux ont reconnu la valeur économique que peuvent avoir les domaines. Dans le passé, la vente de domaines attractifs a pu générer des sommes considérables. Les prix des domaines populaires ont fortement augmenté ces dernières années. Un domaine mémorable et accrocheur est une condition de base pour une présence réussie sur Internet, c'est pourquoi les domaines sont devenus un atout économique précieux. Les domaines sont aujourd'hui vendus et achetés, et parfois loués, pour des sommes colossales. En raison de ces faits, la saisie des domaines est devenue de plus en plus populaire. À l'avenir, on peut supposer que les bureaux des impôts et les tribunaux s'aventureront de plus en plus loin dans le monde virtuel afin de localiser et de saisir des biens.

Veuillez diviser la contribution
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Derniers messages

Vidéos recommandées de notre chaîne Youtube