Depuis janvier 2015 : TVA pour le contenu numérique

Depuis le 1er janvier 2015, certaines réglementations juridiques ont subi des changements fondamentaux qui ont un impact sur le secteur du commerce électronique. Les exploitants de boutiques en ligne proposant des produits numériques tels que des livres électroniques, des films et des applications doivent ajuster leurs prix et leurs factures et se conformer aux nouvelles réglementations concernant la taxe sur les ventes. La réglementation a entraîné d'énormes changements dans la comptabilité, l'indication des prix et le calcul de la TVA. Les petites entreprises et les marchands de contenu numérique actifs au niveau international sont particulièrement touchés par la réglementation.

Taxe sur la valeur ajoutée pour les contenus numériques

Depuis le 1er janvier 2015, diverses réglementations légales ont changé. Il s'agit de la perception de la taxe sur les ventes pour les produits numériques. Les exploitants de boutiques en ligne doivent être prêts à ajuster leurs factures et leurs prix en conséquence. Les contenus numériques tels que les livres électroniques, les applications et les films doivent désormais être soumis à la TVA. La réglementation légale ne concerne que les boutiques en ligne et les entreprises qui vendent des contenus numériques aux consommateurs, c'est-à-dire aux particuliers. Le contenu numérique vendu aux entreprises n'est pas couvert par la nouvelle réglementation. Les boutiques en ligne qui se contentent d'expédier des marchandises mais ne vendent pas de contenu numérique n'ont pas non plus à s'en préoccuper du point de vue du droit fiscal. Le champ d'application des règlements est limité aux "services fournis par voie électronique". Selon la législation européenne, les "services fournis par voie électronique" sont les services qui sont fournis par l'intermédiaire d'un réseau de données, mais uniquement avec une intervention humaine minimale. Les exemples typiques de spécialistes du marketing numérique sont les hébergeurs de sites web, les services de streaming, les bases de données en ligne, les portails de films et de musique, et les vendeurs de livres électroniques et de photos numériques. Les plateformes de vente en ligne sont également couvertes par le champ d'application. Sont exclus les services qui sont fournis par l'intermédiaire d'Internet. Les personnes qui utilisent l'internet uniquement comme "moyen de transmission" pour leurs services ne relèvent pas du champ d'application de la nouvelle réglementation.

Les changements fondamentaux

La nouvelle réglementation en matière de taxe sur le chiffre d'affaires et de taxe sur la valeur ajoutée s'applique à l'ensemble de l'Union européenne. Tous les concessionnaires de l'UE doivent payer la taxe de vente au pays d'où provient le client en question. Par exemple, la TVA doit être payée en Italie si le client y vit mais a acheté ses produits en Allemagne. Il en va bien sûr de même dans le cas contraire. De nombreux magasins en ligne ou consommateurs ne connaissent pas la différence entre la TVA et la taxe de vente. Pas étonnant : il n'y en a pas. Les deux termes font référence à la même taxe. Dans le langage courant, on entend toujours la même chose. D'un point de vue juridique, le terme "taxe de vente" est plus approprié, car la loi est appelée "Umsatzsteuergesetz". Au niveau de l'UE, le terme "TVA" est plus approprié, puisqu'il existe au sein de l'UE la "directive sur le système de TVA", qui constitue la base de la loi allemande sur la TVA. En raison des changements juridiques, les distributeurs de contenu numérique doivent se conformer aux réglementations fiscales des États membres de l'UE. En pratique, les modifications de la législation fiscale peuvent être mises en œuvre assez facilement. Pour la déclaration anticipée de la taxe sur les ventes, les commerçants en ligne peuvent remplir un formulaire au bureau des impôts. Ce formulaire permet de transmettre la déclaration anticipée de la taxe sur les ventes/achats directement aux bureaux des impôts compétents dans les États membres. L'aspect intéressant est que le commerçant en ligne ne paie la taxe de vente qu'au bureau des impôts en Allemagne. Il doit toutefois préciser le taux d'imposition qui lui est applicable dans les autres pays de l'UE. Les commerçants en ligne avisés devraient se renseigner sur les exigences exactes des pays respectifs. Le droit national des États membres respectifs peut offrir des avantages fiscaux considérables.

Particularités des nouveaux règlements

Les distributeurs de contenu numérique devraient examiner de près les nouvelles règles. Il y a quelques spécificités : En cas de non-paiement ou de paiement incorrect de la TVA, il faut s'attendre à des pénalités considérables. D'un point de vue théorique, il est possible que les commerçants en ligne de contenu numérique soient soumis à une obligation de déclaration dans plusieurs États membres de l'UE. En cas de déclaration incorrecte, de non-paiement ou de retard, les dispositions du droit fiscal national s'appliquent. Dans de nombreux pays, des sanctions beaucoup plus sévères sont appliquées. Dans certaines circonstances, les commerçants en ligne peuvent se comporter de manière incorrecte en raison d'un manque d'informations, ce qui peut entraîner de lourdes amendes. Grâce à l'assistance administrative, les impôts en souffrance dans les pays de l'UE peuvent être collectés par les autorités allemandes. La nouvelle réglementation fiscale pour les petites entreprises revêt une importance particulière. Ceux-ci ne doivent pas payer de taxe de vente en Allemagne tant qu'ils ne génèrent pas plus de 17 500 euros. Toutefois, le règlement sur les petites entreprises ne s'applique qu'en Allemagne et non à l'ensemble de l'Union européenne. La Cour de justice des Communautés européennes a rendu un arrêt qui fait date. En conséquence, certaines petites entreprises ne distribuent plus leurs contenus numériques à l'étranger. Sinon, ils devraient payer la TVA et recourir à une procédure complexe de paiement de la TVA. À partir du 1er janvier 2015, les opérateurs de portails ou d'app stores doivent s'enregistrer et payer la TVA sur toutes les ventes aux consommateurs. Cela ne les empêche pas d'agir en tant que simples intermédiaires. C'est pourquoi tous les contrats, factures et conceptions de portail doivent être sélectionnés avec le plus grand soin. Les opérateurs de portails qui négocient du contenu numérique provenant de pays tiers doivent donc obtenir des informations précises.

Offres de prix sur les sites Internet

La nouvelle réglementation fiscale implique de nombreux changements. Étant donné que la taxe sur les ventes est calculée différemment dans les États membres de l'UE, les site web les taux d'imposition nationaux doivent être indiqués. Au sein de l'UE, il est obligatoire d'indiquer les prix pour les consommateurs finaux, TVA comprise. Une liste séparée des prix et de la TVA n'est pas autorisée. En particulier, des déclarations telles que "prix plus TVA" sont interdites et peuvent donner lieu à des avertissements ou à des sanctions. Par conséquent, les prix finaux doivent toujours être adaptés aux acheteurs des États membres de l'UE concernés. L'affichage dynamique des taux de TVA respectifs est un problème qui doit être résolu. Idéalement, la présence sur Internet devrait être adaptée individuellement par les programmeurs. Le problème est que les paramètres linguistiques ou Adresses IP ne peut pas indiquer de manière fiable de quel pays provient un client. Il serait possible de fournir une indication uniforme d'un prix incluant la TVA. Toutefois, en raison des différents taux d'imposition des États nationaux, cela entraînerait des bénéfices variables d'un État à l'autre. La formation du service comptable est beaucoup plus complexe. Ils doivent tenir compte des différents taux de TVA dans leurs calculs, ce qui entraîne une charge de travail accrue. Bien entendu, les taxes doivent toujours être présentées et payées correctement. Certains États, comme l'Italie, exigent que les factures des consommateurs soient munies d'un numéro d'identification fiscale privé lors du calcul de la TVA. Les nouvelles dispositions légales ont provoqué le mécontentement de nombreux commerçants. Ces changements apparemment mineurs affectent très fortement les petites entreprises et les distributeurs de contenu numérique au niveau international et posent de nombreux défis à leurs structures informatiques. Charge de travail et Coûts sont si élevées que les petits exploitants de magasins ont décidé de limiter leurs activités commerciales. Cela a été fait en tenant compte du fait que les éventuelles sanctions doivent être évitées par des règlements mal réalisés.

Veuillez diviser la contribution
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Derniers messages

Vidéos recommandées de notre chaîne Youtube