Vie privée - Le fournisseur de DNS Quad9 s'installe en Suisse

Le fournisseur de DNS Quad9 selon un Communication de l'entreprise cinq ans après sa création en Californie. Le nouveau site en Suisse est destiné à améliorer la protection des données, selon une annonce de Quad9 et Switch, l'opérateur du réseau universitaire et du registre .ch. Selon les engagements légaux du gouvernement suisse, Quad9 doit fournir des DNS-Données de ses utilisateurs mondiaux et ne pas les partager avec les autorités.

Quad9 a été fondée en 2017. Le réseau du résolveur DNS alternatif est quant à lui constitué de 150 sites répartis dans 90 pays. L'utilisation est gratuite et possible sans inscription. En plus du résolveur non crypté (Adresse IP 9.9.9.9), Quad9 offre une large gamme d'autres serveurs qui comprennent, par exemple, des filtres de contrôle parental. Les profanes trouveront dans Quad9 un Instruction pour configurer le service sur différents appareils.

Une meilleure protection des données grâce à des serveurs DNS alternatifs ?

En plus de Quad9, plusieurs autres institutions et entreprises exploitent également des serveurs DNS alternatifs. Cependant, les modèles de financement et les intérêts restent souvent flous. Google pourrait, par exemple, utiliser les données de son service DNS pour un suivi encore plus précis des utilisateurs et améliorer les activités publicitaires grâce à ces données supplémentaires. Un serveur DNS alternatif n'est donc pas toujours meilleur que le serveur DNS du fournisseur d'accès Internet du point de vue de la protection des données.

Quad9, quant à elle, s'est concentrée sur la protection des données depuis sa création, selon ses opérateurs. Le consortium est composé d'IBM, de Packet Clearing House et de la Global Cyber Security Alliance. Parce que Quad9, contrairement à ses concurrents Eclat des nuages (1.1.1.1) et Google (8.8.8.8) n'a pas de but lucratif, la collecte des données des utilisateurs n'est pas nécessaire. Le financement est assuré par des fonds publics et des dons.

Localisation en dehors des États-Unis

Afin de pouvoir garantir le plus haut niveau possible de protection des données, Quad9 a cherché depuis sa création un nouveau site en dehors des États-Unis, selon le directeur général John Todd. En s'installant en Suisse, les opérateurs veulent améliorer la protection des données et, surtout, réaliser la décentralisation. Les autres résolveurs DNS publics, en revanche, sont pour la plupart toujours situés aux États-Unis et sont donc soumis aux mêmes réglementations.

Comme l'explique Quad9, les négociations avec les autorités suisses ont duré environ deux ans. Le nouveau site a été choisi principalement parce que les lois sur la protection des données y promettent une "protection pour tous".

Règlement sur la protection des données (DSGVO) comme alternative

Les alternatives pour un nouvel emplacement étaient tous les États membres de l'Union européenne (UE), selon Quad9, car ils sont soumis au règlement général sur la protection des données (RGPD). Bien que Quad9 ne soit pas basé dans l'UE, le service affirme qu'il est déjà conforme aux exigences de la DSGVO. Toutefois, les opérateurs déclarent qu'ils ne se sentent pas obligés de respecter les dispositions révolutionnaires de l'OGDV, mais qu'ils souhaitent simplement offrir le meilleur niveau possible de protection des données.

La Suisse a été le choix final parce que les autorités locales renoncent à l'obligation de garder les ordres de surveillance secrets. Selon Bill Woodcock, responsable de Packet Clearing House, il n'existe pas en Suisse de National Security Letters qui obligent tacitement Quad9 à partager son trafic avec les autorités. Woodcock explique qu'un tel arrangement n'était possible dans aucun autre pays du monde.

Pas de filtrage des demandes DNS

En outre, le gouvernement bernois a garanti à Quad9, avant le déménagement, que le service DNS est exempté de l'obligation d'enregistrement de ses utilisateurs et n'est soumis à aucune obligation de stockage et de surveillance. Le résolveur DNS libre a donc plus de libertés et moins d'obligations que les fournisseurs de télécommunications suisses. Cela est possible parce que Quad9 a été classé comme un service de non-télécommunications.

Cela dispense également le résolveur DNS de filtrer les sites de jeux en ligne non autorisés. Woodcock explique que "Quad9 ne censure pas". En revanche, les fournisseurs de services Internet en Suisse sont tenus de le faire. Seuls les sites de jeux d'argent qui sont compromis par des logiciels malveillants ou qui agissent frauduleusement ne sont pas livrés par Quad9.

Veuillez diviser la contribution
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Derniers messages

Vidéos recommandées de notre chaîne Youtube